L’écovolontariat

Comment devenir bénévole pour les animaux

La misère animale vous insupporte et rester-là, sans rien faire, ne vous convient plus. Endossez alors le rôle de bénévole au cœur d’une association. Que la structure soit nationale, qu’elle concerne votre département ou seulement votre quartier, toutes les associations ont besoin de bras et de bonnes volontés. Mais aussi de temps. Car ce sont de plages horaires dont il faut surtout disposer. On ne devient pas bénévole par à-coups. Non, l’engagement est réel et demande une présence bien définie avec l’organisme sélectionné. Chiens, chats, oiseaux et autres animaux en détresse nécessitent un engagement à long terme.

CV, lettre de motivation et entretien pour devenir bénévole

La seule envie d’aider ne suffit pas. Les associations de protection des animaux demandent l’envoi d’une lettre de motivation avant un entretien pour évaluer la personne qui se présente devant elles. Certaines apprécient également un CV pour connaître le parcours du bénévole et lui proposer un poste en adéquation avec son cursus. L’entretien sert aussi à connaître les disponibilités horaires du candidat pour l’orienter vers une structure en manque de bras tel ou tel jour. Ce côté formel peut paraître déroutant, mais il permet de faire un tri entre les candidatures sans lendemain et les personnes prêtes à s’engager réellement dans l’aide aux animaux.

Quels besoins ont les associations de protection des animaux ?

Le bénévolat auprès d’animaux est varié. Il peut toucher à l’accueil du public en recherche d’un nouveau compagnon, au nettoyage des cages et boxes, aux tâches administratives… Ou être tout simplement famille d’accueil quand la structure ne peut recueillir de nouveaux pensionnaires. Des bénévoles deviennent également « enquêteurs ». Ils suivent ainsi des adoptions pour vérifier la bonne adaptation de l’animal ou pistent les fraudeurs, trafiquants et personnes peu scrupuleuses qui exploitent les animaux (élevages en batterie, absence de soins…).

Aider les animaux selon ses compétences

Les compétences de chaque bénévole sont utilisées de façon adaptée. Une expérience confirmée dans le secrétariat peut, par exemple, orienter votre candidature vers des postes administratifs (gestion des donateurs, recherche de partenariats…) qui, certes, ne sont pas au plus près des animaux, mais servent beaucoup les structures. L’aide ne consiste en effet pas seulement à soigner chiens, chats ou chevaux en enfilant des bottes. L’énergie déployée pour aider les associations au cœur de leur siège ou bureau apporte autant de bienfaits aux petits pensionnaires.

Le cœur bien accroché pour travailler avec les animaux

Etre au contact d’animaux est une chose. Les accompagner dans un refuge en est une autre. Les âmes trop sensibles pourraient mal vivre le bénévolat face aux petits protégés en fin de vie qui n’intéressent guère les adoptants potentiels. S’inscrire dans une telle démarche exige donc de bien connaître ce que sera le travail attendu. Car il s’agit bien de relever les manches et de participer, comme tout le monde. Pas de traitement de faveur, les tâches les plus ingrates font partie du lot à accepter pour devenir un bénévole utile. A vous de trouver la structure qui répond le mieux à vos attentes en vous déplaçant.