Le Wild Sun Rescue Center

Bienvenue au Wild Sun Rescue Center de Cabuya, au Costa Rica. Ce refuge pour animaux se situe à côté de la réserve naturelle de Cabo Blanco. Devenue le premier secteur protégé au Costa Rica en 1963, elle fût la pionnière en therme de faune, de flore, et de conservation environnementale.

Placée sur le bout de l’extrême du sud de la péninsule de Nicoya, Cabo Blanco protège 1788 hectares d’océan et 1270 hectares de forêt tropicale, dont 15% sont la forêt primaire où la végétation rare, les oiseaux et d’autres espèces animales en danger peuvent trouver refuge. Comme vous pouvez l’imaginer, non loin de la mer, entre Santa Teresa et Montezuma, ce centre de sauvetage est donc idéalement situé.

Le Wild Sun Rescue Center et la Escuela Del Sol sont deux projets distincts tenus par la même personne : Jeremy Levine, un américain expatrié au Costa Rica depuis les années 2007. Il a repris en premier la Escuela Del Sol en 2007 (où son frère Marc l’aide aussi) , et en Novembre 2015, pu commencer le Wild Sun Rescue Center.

Ce dernier a pour objectif de récupérer les animaux sauvages blessés, où enlevés à la nature à des fins domestiques ou commerciales, afin de les réhabiliter à la vie sauvage et leur rendre leur liberté.

A la Escuela Del Sol vous pouvez prendre des cours de surf, de yoga (photo ci dessous), d’espagnol, et des cours de jonglage (bollas enflammées).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous trouverez le site du Wild Sun ici : http://www.wildsunrescue.org/

Et celui de La Escuela Del Sol ici : http://www.laescueladelsol.com/

 

Le cadre :

Ici, tout est fait pour que vous vous sentiez bien. Vous pouvez profiter de la piscine à débordement, de jour comme de nuit, en admirant la superbe vue sur l’océan ou en essayant de compter sans fin les milliers d’étoiles scintillantes dans le ciel.

P4131289.jpg

Vous pouvez aussi vous prélasser dans les hamacs en écoutant les murmures de la nature qui ne se taisent jamais, en vous rafraîchissant de la douce brise des hauteurs de la montagne.

Une salle commune a été également aménagée pour les repas collectifs. Vous pouvez y passer du temps avec les autres personnes présentes sur place, écouter de la musique, regarder la télé (locale bien sûr), ou profiter de la connexion internet pour travailler, regarder des films ou autre.

P4131285.jpg

Vous avez bien entendu des douches (avec eau chaude : chose rare au Costa Rica !) qui sont très agréables et joliment faites. Toujours un plaisir durant les fortes chaleurs. Etant au cœur de la nature et des animaux, un crapaud peut parfois venir vous tenir compagnie. Et…non, j’ai eu beau essayer, ici, pas de transformation en prince charmant … !

Et puis vous avez les chambres qui varient selon les tarifs et le temps de votre volontariat. La photo ci-dessous présente les chambres et sanitaires à partager :

P4131284.jpg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les Tarifs :

A savoir que pour un volontaire, pour une durée minimum, le prix peut aller de 60$/nuit dans une chambre à partager avec 3 lits (un simple, et deux superposés), à 140$/nuit pour une chambre privatisée et climatisée en face de la piscine. A ces prix, vous êtes alors logés/nourris. Une femme de ménage passe tous les jours pour votre plus grand confort.

Pour les volontariats plus long, de 4 à 12 semaines (en plus vous aurez une meilleure expérience auprès des animaux), Jérémy propose ses 1ers prix à 210$ la semaine pour la chambre à partager.

Je vous invite à aller voir directement les détails des durées et tarifs sur leur page internet : http://wildsunrescue.com/volunteer-programs/

 

Comment y aller ?

Si vous arrivez directement à l’aéroport de San José, vous pouvez voir avec eux pour qu’ils viennent vous chercher. Voir avec eux pour les détails.

Si vous y allez à patte, pour trouver le Wild Sun Rescue Center c’est facile : en partant de Montezuma, vous avez 3 bus par jour (pour le coup, il ne vaut mieux pas les manquer !). Profitez du trajet durant 15/20 min et vous êtes au centre du village de Cabyua. Vu que c’est un tout petit bled, il est difficile de s’y perdre.

Pour éviter de trop marcher, demandez au chauffeur de vous déposer un peu après l’arrêt central, après le super marché « El Chicho’s ». Indiquez lui l’intersection sur la droite pour aller à la Escuela Del Sol (même lieu que le Rescue Center), et poursuivez votre chemin à pied.  Grimpez un peu, environ 10 bonnes minutes, et vous verrez sur votre gauche l’entrée du centre.

 

Les repas :

Tout d’abord un immense merci à Randy, mon soleil du Costa Rica ! Cuisto en chef des deux centres, toujours à l’écoute et souriant, il aime ce qu’il fait et ça se voit, ça se goûte. Il aime nous faire plaisir et prête attention à nos moindres envies, un vrai bonheur…

Jeremy souhaitait que son centre soit végétarien, mais pour satisfaire aussi tout le monde, Randy cuisine aussi parfois du poulet, seule viande que vous retrouverez dans les menus. Quoiqu’il en soit, les repas sont très divers et délicieusement bons.

Vous êtes donc nourris 3 fois par jours, tous les jours sauf le samedi, jour de repos de notre cher Randy qui le mérite bien. Ce jour-là, il n’est pas rare que le soir nous allions au restaurant et sortir un peu, à Montezuma ou Santa Teresa, selon les goûts et les envies.

Vous pouvez aussi faire vos propres courses au petit super marché non loin du Rescue Center. Cela dit, je vous conseille vivement de le faire le soir lorsqu’il fait moins chaud, car le trajet est franchement éprouvant (pour moi en tout cas !). Même si je sais que je ne suis pas une référence en thermes d’activités sportives, le trajet à 13h et sous le soleil à de quoi vous faire tourner la tête !

Vous l’aurez compris, ici vous êtes comme des rois ! Tout ce que vous avez à faire est de profiter de votre volontariat et de tout ce qui vous entoure.

 

Le travail en tant que volontaire :

Ici, vous travaillez 6 jours sur 7, avec un minimum de 4 heures par jour (au moins 5 selon moi pour un travail fait à fond), et durant deux semaines minimum. En ce qui me concerne, en vue de tout ce qu’il y avait à faire et parce que je le voulais bien, je travaillais généralement 8 heures par jour.

Il n’était d’ailleurs pas rare qu’on me dise de faire des pauses et profiter de la piscine, mais je suis venue pour travailler, prendre des soins des animaux et non me prélasser au bord d’une piscine. Il y avait pour moi tellement de choses à faire, que j’en avait fait mes priorités.

Il s’agit de tenir les enclos propres, nourrir les animaux, entretenir le parc et participer au développement des enclos pour améliorer le confort des animaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A savoir aussi qu’en plus des pauses détente, si vous souhaitez profiter des cours que la Escuela Del Sol propose, vous pouvez aussi les faire, et les ajouter à votre budget.

Travaillant seule, je me suis fait ma petite organisation au fur et à mesure afin d’être plus productive.

 

Les animaux du Wild Sun Rescue Center :

Durant mon séjour, nous avons eu de nouvelles arrivées, et une remise en liberté.

Je travaillais alors avec 4 singes hurleurs. L’un fût électrocuté et a perdu l’usage de sa jambe, alors que pour l’autre c’est sa mère qui a été électrocutée. Le bébé fût retrouvé seule et rempli de parasites. Enfin, le dernier a été retrouvé avec la queue cassée. Deux bébés sont arrivés durant mon volontariat et ont maintenant retrouvés leur nature sauvage.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans les bébés, nous avions aussi un fourmilier, retrouvé au pied d’un arbre auprès de sa maman décédée, sûrement dû à une mauvaise chute. Nous en avons alors soin jusqu’à ce qu’il soit autonome pour se nourrir, et ils ont pu le relâcher dans la nature. Jeremy m’a dit qu’il l’aperçoit parfois aux alentours du refuge.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons aussi eu un faon. Des personnes l’ont vu dans la nature, et ont jugés bon de le prendre avec eux afin d’en faire un animal de compagnie. Leurs voisins ont vu cela et ont appelé le Rescue Center afin que nous le récupérions pour en prendre soin. Elle vit maintenant libre dans un autre lieu appelé le « Curú park », un parc national au Costa Rica, où elle peu vivre avec ses semblables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je prenais soins aussi de deux capucins. L’un percuté par une voiture, l’autre rejeté par sa famille et laissé pour mort sur la plage . Eux aussi sont encore jeunes, et nous attendons encore un peu qu’ils deviennent plus forts afin de les relâcher.

P3150880.jpg

Nous avions un perroquet, une amazone plus précisément, qui lui aussi avait été pris comme animal de compagnie. Heureusement, celui-ci pouvait voler. Nous l’avons alors habitué à manger dans sa cabane durant plus d’une semaine, et nous l’avons relâché à côté du centre, avec sa cabane afin qu’il ait un point de repère. Nous sommes restés l’observer quelques minutes à le voir hésiter, puis nous l’avons laissé prendre ses marques. Le soir même, il avait pris son envol.

P3150870.jpg

Quelques jours plus tard, nous avons accueillis une autre amazone, également issue de l’univers animal de compagnie. Nous essayons petits à petit de le faire voler pour le relâcher.

Enfin nous avons notre bébé écureuil, que nous avons nommé Gaspard. Lui aussi arrivé au cours de mon volontariat, et lui aussi sauvé d’une vie en cage dans pour un particulier. Il était encore tout petit, alors nous avons attendus quelques semaines qu’il grandisse, et lui aussi a été relâché.

Lors de mon volontariat il n’y avait pas d’équipe médicale. Un biologiste passait au refuge une fois par mois et reste en contact téléphonique si besoin. Lorsque nous recevions des animaux blessés qui nécessitaient des soins particuliers, nous les envoyions dans d’autres centres plus adaptés. Par conséquent, c’est que les animaux avec lesquels je travallais étaient plutôt des cas faciles, et généralement aptes à être relâchés dans la nature par la suite.

Depuis mon départ il y a eu du passage et des changements. Beaucoup d’animaux ont étés relâchés et de nouveaux arrivants ont faits leurs apparitions, tels qu’un autre bébé fourmilier, une moufette, un opossum ainsi que de nouveaux bébés singes hurleurs. Les arrivées sont nombreuses, et pour y avoir travailler, je sais qu’il faudrait qu’il y ait plus de volontaires.

L’équipe s’est aussi agrandie avec un vétérinaire qui passe au moins deux fois par semaines.

Le Wild Sun Rescue Center est donc un centre en qui ne demande qu’à se développer, à s’améliorer et qui fait tout pour.

 

Les aménagements pour les animaux :

En termes d’espace et d’environnement, il y a beaucoup de choses à faire. Le refuge est en place depuis peu de temps, et tout est à construire.

Lors de mon volontariat (mars/avril 2017) il n’y avait que 3 cages pour 10 animaux, et il n’est pas rare que l’on vienne nous confier en plus de nouveaux rescapés.

J’ai aménagé deux autres espaces temporaires pour l’écureuil et le fourmilier que nous avions. Mais collés aux autres enclos, et aussi proche d’autres animaux n’est pas idéal pour leur développement.

Un grand projet d’aménagement est en cours de conception. Mais pour cela, il va falloir beaucoup d’argent au Rescue Center, car cela n’est pas une mince affaire, et pourtant cela est si important et urgent…

Vous pouvez retrouver leurs futurs projets d’aménagement sur leur site : http://www.wildsunrescue.org/what-we-do/new-projects/

 

Une journée type au moment  de mon volontariat :

Le matin, vous pouvez vous réveiller tranquillement à 7h/7h30 pour prendre votre petit déjeuner dans la salle commune. A 8h, premier « feeding » pour les animaux. Vous récupérez les plats et les gamelles d’eau, vous les nettoyez, vous préparez les repas et les redistribuez.

Je nettoyais la cage des singes hurleurs lorsque je les nourrissais. Je donnais le lait aux bébés faon et fourmilier, et je promenais ce dernier dans les arbres pour qu’il apprenne à se nourrir seul de fourmis ou de termites.

A 13h, deuxième repas, uniquement pour les bébés. Pendant que le bain-marie se préparait pour mettre le lait du fourmilier à bonne température j’en profitais pour nettoyer la cage des capucins.

A 16h30, troisième et dernière étape de la journée. Comme pour le matin, on nettoie tous les plats, et on recommence ! Je terminais alors par rincer la cage du perroquet.

Avec une bonne gestion, le total de temps pour faire cela équivaut environ à 5 heures de travail.

 

Rappel sur l’écovolontariat :

N’oubliez pas que ce sont des animaux sauvages que l’on souhaite relâcher dans la nature. Ce qui veut dire : pas de caresse, pas de câlins, un maximum de distance, le tout pour leur bien-être et leur sécurité dans le futur.

Vous êtes ici pour eux, pour les aider, et non pour avoir l’occasion de faire des « selfies » et des « papouilles » avec des animaux sauvages.

Jeremy y fait d’ailleurs très attention, ce qui est tout à son honneur.

Du fait que j’étais seule à travailler, j’ai eu droit à certains privilèges avec les animaux. Notamment nourrir les bébés, seul réel moment de proximité avec eux. J’ai aussi pu suivre de près l’évolution de chacun, et adapter mon travail selon leurs besoins. J’ai réellement apprécié ce rapport avec eux et ce travail en totale autonomie. Mon petit monde à moi …

 

En conclusion :

Le Wild Sun Rescue Center est donc un centre qui se développe depuis Novembre 2015,  pour pouvoir aider la faune sauvage en difficulté et les réhabiliter dans leurs milieux naturels.

Il y a beaucoup à faire, beaucoup d’animaux à sauver, le centre à faire évoluer afin d’optimiser et améliorer toujours plus la condition de nos rescapés.

Et voir un animal dont vous vous êtes occupé retrouver sa liberté, ça n’a pas de prix…

Le centre est vraiment accueillant et Jeremy fait tout pour que vous vous y sentiez bien. Le tout entre Montezuma et Santa Teresa, dans une région paradisiaque.

Rien que de vous décrire tout ça me redonne des frissons ! Foncez, et investissez-vous bien, le jeu en vaut la chandelle.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s